lundi 10 novembre 2008

Atiq Rahimi !

Vraie satisfaction du jour. La cuvée Goncourt 08 est donc un coup de projo positif du côté de Kaboul et de son ancien élève du lycée franco-afghan Estiqlal. Atiq Rahimi.

Pas encore lu son roman primé... mais son "Terre et cendres" premier roman en 2000 fait partie de ces livres qui marquent à vie : lignes de vérité nue, crue, dure... Mots d'une Afghanistan en ruines et en résistance face à l'empire soviétique. Comment ne pas y re-penser.

Le Goncourt vu par par Ariane Chemin de l'Obs.

Les premières lignes de Syngué Sabour :

Quelque part en Afghanistan ou ailleurs

La chambre est petite. Rectangulaire. Elle est étouffante malgré ses murs clairs, couleur cyan, et ses deux rideaux aux motifs d'oiseaux migrateurs figés dans leur élan sur un ciel jaune et bleu. Troués ça et là, ils laissent pénétrer les rayons du soleil pour finir sur les rayures éteintes d'un kilim. Au fond de la chambre, il y a un autre rideau. Vert. Sans motif aucun. Il cache une porte condamnée. Ou un débarras.

...

13 commentaires:

PS a dit…

Germinal afghan.

Hugues vessemont a dit…

Après le testament français et les bienveillantes, un carton plein de gens venus d’ailleurs… et pourquoi ne pas se poser la question de tous ces talents qui veulent venir en France que nous laissons à la porte par une législation doucereusement xénophobe.

Bil a dit…

Pourtant, après son exil au Pakistan.. il a obtenu le refuge en France.. d'autant plus facilité qu'il était ancien élève du lycée français de Kaboul. Le problème actuel ne me semble pas être l'accueil des talents en France qui reste facilité mais l'accueil tout court surtout de ceux qui n'ont de bagage que leur seule valise...

am a dit…

J'aime l'extrait: style minimaliste qui plonge dans un décor et qui cré un questionnement.
Certainement une lecture pour les prochaines vacances. Pour les reste j'acquiesse Bil: le talent a rarement de frontières! mais il reste...nous...

Bourhat a dit…

je pas tout compris.
accueillir un étranger, vous d'accord?
je arrive bien to et je viens chez vous alors.
Merci pour hospitalit.

Bil a dit…

On parle de littérature. Francophone. Qui n'est pas forcément français. La preuve.
Que vient faire la politique d'immigration ici ??

am a dit…

bourhat fait de l'humour je vois...des fautes trop poussée à mon goût...bil, laisse tomber...

Bourhat a dit…

pas accueil alors moi?
même si d'afghan? je croyais moi compris tu acceuilles étrangers dans ton message. Même si pas écrivain et une seule valise.
Triste.

PS a dit…

Toi parler france comme vache espagnole... Voir Madrid si accueil possible!

Bourhat a dit…

ha ha, ps autant humour que Ségolène et Martine réunies !

am a dit…

comme quoi...

Tifenn a dit…

Je viens seulement de l'emprunter...

Bil Murche a dit…

Vous me direz...