vendredi 3 avril 2009

Peur sur la ville

Effroi des clowns de rue. Vertige vers l'ailleurs, cet improbable printemps.

2 commentaires:

Rose Chiffon a dit…

Ah j'adore venir ici. Ces photos intellos qui côtoient le popu le plus fin. S'y mêlent parfois comme là. Tango till they're sore !

Anonyme a dit…

Des bras refermés pour se protéger du monde autour. Oui, mais les yeux? Que regardent-ils? Tout près? Au loin?