vendredi 17 avril 2009

Enfant sage

A la porte de la patience, la bousculade est absente.


















Lu ça, un jour à Rabat. Faudrait que je retrouve où. L'estampiller comme il se doit.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience.
Fureur et Mystère (1948)Char, René.

Rose Chiffon a dit…

Ce garçon est bien mignon. Il a fait quoi comme bêtise, avant, pour être aussi réfléchi ?

Bil a dit…

Pris les doigts dans la confiture....

auteur a dit…

Ping-pong : http://nicolascytrynowicz.blogspot.com/2007/06/rencontre-dans-un-labyrinthe.html